Une app mobile multilingue pour s’informer sur les mesures liées au coronavirus

Les mesures liées au coronavirus nous concernent tous. Pour veiller à ce que les personnes allophones en Belgique soient également bien informées, l’Agence flamande de l’Intégration et de l’Intégration civique publie des explications en 18 langues depuis le début de la pandémie. Pourtant, il s’avère que tout le monde n’est pas au fait des dernières directives. Pour remédier à la situation, l’agence a lancé une app multilingue développée avec l’aide de Cronos Public Services.

L’Agence flamande de l’Intégration et de l’Intégration civique a constaté que les personnes allophones s’informent souvent via les médias (sociaux) du pays dont elles sont originaires. Par conséquent, elles ne savent pas toujours quelles mesures sont d’application en Belgique. En outre, au début de la pandémie, les mesures d’hygiène et de sécurité en place ont souvent été adaptées. Les différentes administrations locales ont donc dû demander à l’agence de traduire coup sur coup des messages quasi similaires. La traduction et la publication en ligne de toutes ces informations prenait du temps… et entre-temps, il n’était pas rare qu’une nouvelle mesure ait déjà été activée ! En fin de compte, les personnes allophones avaient du mal à suivre les directives en vigueur.

Les gagnants du hackathon

Ellen Coopman, représentante de l’Agence flamande de l’Intégration et de l’Intégration civique, commente : « Les choses laissaient certainement à désirer sur le plan de la rapidité et de l’efficacité. Il nous a paru judicieux de développer une app pour smartphone afin d’améliorer et de faciliter la diffusion des informations vis-à-vis des personnes allophones. Nous avons lancé l’idée à la fin de l’année dernière, au cours d’un hackathon organisé par l’agence Flandre Information. Nous avons été déclarés gagnants et c’est à ce moment-là que le processus a commencé. »

Les contrats-cadres existants du gouvernement flamand ont été passés au peigne fin pour trouver la solution technologique la plus appropriée et un partenaire spécialisé pour développer l’app mobile. La plateforme Mendix, qui ne nécessite pas beaucoup de code, semblait prometteuse ; et c’était justement l’un des domaines d’expertise du centre de compétences Apyx de Cronos.  Ellen Coopman commente : « Les applications nécessitant peu de code ont le vent en poupe. Ce type d’application permet de travailler rapidement et de manière très visuelle. Une fois l’autorisation obtenue à la mi-janvier, le coup d’envoi du projet a immédiatement été donné. En deux semaines, le design était prêt et les travaux techniques ont pu commencer, suivis d’une phase de tests approfondis. Chaque semaine a consisté en sprints de quatre jours de travail consécutifs. Le vendredi, l’équipe fournissait une démonstration que nous validions. Cette méthode a permis un développement très rapide. »

De droite à gauche

« Quand le programme de vaccination a été mis en place, le projet est devenu encore plus urgent. Car il est évidemment essentiel que les personnes allophones soient elles aussi bien informées. Le développement de l’app a posé des défis particuliers : par exemple, la mise en page et l’écran de navigation ont dû être disposés en miroir pour les langues qui se lisent de droite à gauche, comme le farsi, l’hébreu ou l’arabe. Généralement, pour toute nouvelle collaboration, il faut du temps pour établir la confiance. Mais vu le délai très court dans ce cas-ci, c’était plutôt un luxe ! En outre, toute la concertation a dû se dérouler à distance.  Malgré tout cela, nous avons pu établir un partenariat authentique : d’emblée, l’énergie créatrice était là. »

Le projet a heureusement bénéficié du soutien du comité de direction de l’Agence flamande de l’Intégration et de l’Intégration civique et du ministre Bart Somers, qui ont rapidement vu son intérêt. Ellen Coopman : « Avec ce trajet, nous pouvons être fiers de nos réalisations à si court terme. Nous avons fait preuve d’agilité. Il n’est pas toujours nécessaire d’avoir un blueprint : une bonne idée, quelques avant-projets, un partenaire fiable et le soutien des autorités peuvent suffire. Nous espérons que d’autres gouvernements et instances publiques pourront s’en inspirer. »

Traduction automatique

L’app a été conçue pour être conviviale et accessible. Aucune identification n’est nécessaire et l’app applique automatiquement la langue du smartphone, afin que les utilisateurs aient immédiatement accès aux informations dans leur langue de prédilection. « Pour les messages brefs, nous utilisons le robot de traduction de Microsoft dans Azure », explique Matthias D’eigens, chef de projet ICT au sein de l’Agence flamande de l’Intégration et de l’Intégration civique. « Cependant, nos traducteurs passent encore en revue les textes avant qu’ils ne soient publiés en ligne. Une fenêtre contextuelle dans l’app informe les utilisateurs qu’il s’agit d’une traduction automatique et que des adaptations pourront encore suivre. Nous gagnons ainsi du temps pour faire vérifier des informations complexes ou plus détaillées par notre équipe de traduction. Et comme l’app vise à surmonter les barrières linguistiques, nous prévoyons de petites accroches pour renvoyer les utilisateurs à notre site Web et les encourager à suivre un cours de néerlandais. Ainsi, l’app contribue aussi à l’intégration en soi. »

50 000 utilisateurs

En pleine crise du coronavirus, cette app présente une utilité évidente. Mais l’équipe Cronos y voit d’autres possibilités. Bart Claeys, managing partner chez Apyx, commente : « Évidemment, il est toujours possible d’ajouter des fonctionnalités. Mais je pense que l’app pourrait être à la source d’applications plus génériques pour les administrations locales ou dans d’autres situations de crise. Par exemple, l’app peut servir à diffuser des informations en cas d’urgence ou de catastrophe, mais aussi à entrer en interaction avec les citoyens. » Depuis la mi-mars, l’app est disponible en quelque 18 langues et l’offre pourra encore s’étendre dans les semaines à venir. L’Agence flamande de l’Intégration et de l’Intégration civique vise les 50 000 utilisateurs. Pour promouvoir l’app, l’agence fait appel au réseau des CPAS, au Forum des minorités et même à ses propres collaborateurs qui ont des racines étrangères. « Nous mènerons aussi une campagne dans les centres de vaccination, où il sera possible de télécharger l’app sur place. Mais j’aimerais par ailleurs lancer un appel : si vous connaissez des personnes allophones, n’hésitez pas à leur conseiller l’app ! » conclut Ellen Coopman.

« Parfois, il suffit d’une bonne idée, de quelques avant-projets, d’un partenaire fiable et du soutien des autorités pour obtenir des résultats à court terme. »

– Ellen Coopman, représentante de l’Agence flamande de l’Intégration et de l’Intégration civique

Ellen Coopman

Ellen Coopman

Matthias Deigens

Matthias Deigens